• Notre rencontre avec notre filleul du bout du monde

    TEMOIGNAGE de notre rencontre avec notre filleul du bout du monde :

    Octobre 2006 : après environ 10 heures de vol,nous voilà arrivés au Sri Lanka.

     

     

     Nous sommes déja venus dans ce beau pays il y a 26 ans. Cette fois-ci nous venons faire connaissance d'un petit garçon de 11 ans que nous parrainons depuis le tsunami de décembre 2004.

    Après quelques péripéties pour parvenir à joindre la représentante locale de l'association , nous voila en route pour le village de notre filleul.

    Après une demi-heure environ de tuk-tuk , nous voici arrivés, très attendus.

    C'est un moment très fort pour tout le monde cette rencontre : nombreux "Ayu Bo Wan" et sourires de part et d'autre.

    Nous faisons connaissance de la famille et des voisins.

    Le Papa de notre filleul était pêcheur, il est mort lors du tsunami. La Maman n'est pas encore rentrée du travail (elle est ouvrière sur les routes secondaires , avec pelle et pioche).

    La Grand-Mère nous a préparé des gâteaux ; on nous sert des boissons ; tout le monde nous observe.

    Puis la Maman arrive.     .../...

                                                       

    .....      Un voisin nous montre son potager ; ensuite son épouse et lui nous invitent à partager leur repas.

    Nous sommes chez les plus pauvres d'entre les pauvres, mais la dignité et le grand coeur prédominent.

    En voyant notre filleul, ses grands sourires et ceux de toute sa famille , et aussi de ses camarades et voisins, nous avons compris que notre don (si petit pour nous européens) était d'une grande importance pour le Sri Lanka, et que, donc, nous ne faisions pas ce geste inutilement : nous en sommes remerciés au centuple par les sourires. Et que dire de ces regards échangés avec la Maman, seul langage commun, ainsi qu'avec la Grand-Mère : les mots étaient inutiles...

    ../

    ...    Le lendemain matin, nous repartons chez notre filleul.

    En cours de route nous visitons des temples et l'école (pre-school) construite grâce à des dons français. La représentante de l'association est institutrice dans cette classe.

                                                                         Notre rencontre avec notre filleul du bout du monde     Notre rencontre avec notre filleul du bout du monde

     

    Elle nous présente  des amies, on nous offre à boire. Malgré la désolation (traces du tsunami encore visibles près de 2 ans après), nous nous sentons bien dans ce pays; les enfants nous interpellent gaiement, les adultes nous demandent de quel pays on vient : que l'Europe nous semble loin...que de leçons d'hospitalité...

    Nous nous dirigeons vers la maison de notre filleul. Les enfants nous aperçoivent et viennent à notre rencontre. La grande soeur est heureuse de nous montrer la bicyclette qu'elle a reçue après le tsunami; le village et l'école sont loin : ce vélo est donc fort utile à toute la famille.

    Nous prenons notre repas chez la Tante de notre filleul, car nous comprenons que la Maman est trop pauvre pour nous inviter. Nous sommes avec la représentante de l'association ; au Sri Lanka les invités mangent seuls . Sur la table de notre repas un bouquet de fleurs de nénuphars : mon filleul a cueilli ces fleurs pour moi ce matin : adorable gamin que j'aimerais prendre dans mes bras et embrasser, mais les moeurs du Sri Lanka sont différentes des nôtres et je ne veux nullement le choquer ; je me contente donc d'une petite caresse sur sa main et d'un grand sourire ; il me sourit à son tour et part manger avec sa famille.

    Les sourires sont notre seul langage commun et nous emplissent le coeur chaque instant un peu plus.

    .../...

     

                  Notre rencontre avec notre filleul du bout du monde    Notre rencontre avec notre filleul du bout du monde  

    ...   Deux semaines plus tard, nous faisons une visite surprise à notre filleul. Lorsque nous arrivons chez lui, il est absent, mais bien vite ses camarades vont le chercher : il se baigne dans la rivière proche ; il est très surpris de nous revoir car ce n'était pas prévu, mais il est très heureux.

    La Grand-Mère explique à notre chauffeur que sans notre aide le petit n'irait plus à l'école.

    Après un petit moment , nous disons Au-Revoir . Quand nous remontons dans la voiture, notre filleul comprend que cette fois-ci c'est notre dernière visite, il est un peu triste (nous aussi).                                                                                

    Au-Revoir Sameera..., tu es entré dans nos coeurs.

    A notre retour, pendant plusieurs semaines, il nous a terriblement manqué : les cocotiers et la verdure, mais surtout les sourires d'un peuple très attachant. Nous espérons pouvoir retourner là-bas dans les prochaines années .

     

    Nous espérons aussi avoir donné l'envie aux Marraines et Parrains d'aller rencontrer leurs filleuls ou filleules, ils ne le regretteront absolument pas.

                                                               

            Un Parrain et une Marraine ravis de leur expérience.

            F I N

    2012 : cela fait bientôt 6 ans que nous avons fait connaissance . le temps passe. Notre filleul nous écrit régulièrement . Il a maintenant 17 ans et c'est un beau jeune homme (nous avons reçu une photo de lui en début d'année , l'association étant allée là-bas). Dans ses lettres il nous dit toujours qu'il lui tarde de nous revoir. C'est réciproque . Nous espérons retourner là-bas avant qu'il soit majeur .

    2013 : notre parrainage a pris fin car notre filleul est à présent majeur, il a terminé ses études et est entré dans la vie active. Une page s'est tournée, et même si nous n'avons plus de nouvelles, il reste dans nos coeurs et nous espérons qu'il pense à nous de temps en temps. Si nous retournons au Sri Lanka (ce que nous espérons) , nous essaierons de le contacter afin de voir quel jeune homme il est devenu. 

    Janvier 2016. Plus aucune nouvelle reçue de notre Filleul ; mais il n'avait pas notre adresse, donc il ne peut nous contacter, même s'il le souhaite. Internet a changé le monde, et , qui sait si un jour quelqu'un lisant mon article , ne reconnaîtra pas Sameera Pra..........  , ou même peut-être lui-même se reconnaîtra et, par le biais de ce blog, pourra reprendre contact avec nous ?  Quoi qu'il en soit, nous pensons très souvent à lui , et il restera dans nos coeurs.

    rêves2sud

     

    « Canaris : flashAurélie »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    4
    Mardi 26 Février 2013 à 10:27

    Merci Ravine. Cela a été une grande expérience pour nous . Bisous.

    3
    ravine Profil de ravine
    Mardi 26 Février 2013 à 09:34

    je suis très émue par ton récit , et je trouve que tu es quelqu'un de formidable , beaucoup d'enfants dans le monde manquent de tout,alors que certains gaspillent

    gros bisous à toi

    2
    Samedi 4 Août 2012 à 15:16

    Merci Rose-Ann , c'est en faisant quelques petits réglages (je venais de m'apercevoir que cet article était en double) que je trouve ton gentil commentaire . Oui je suis tout à fait d'accord avec toi : les plus pauvres sont les plus généreux . Il me tarde de repartir là-bas , mais ce n'est pas pour tout de suite. Bisous et encore MERCI.

    1
    Rose-Ann L Profil de Rose-Ann L
    Lundi 30 Juillet 2012 à 14:28

    C'est un témoignage très émouvant, j'ai été très touchée par ton récit!

    Un beau moment de vie et d'échange, et souvent les plus pauvres sont les plus généreux...

    et combien réelle l'hospitalité de ces personnes,

    nous avons eu l'occasion mon mari et moi, de découvrir ce que veut vraiment dire ce mot dans différent pays...

    Nous avons à apprendre des leçons!!!

    J'ai adoré te lire!!! Merci pour ce sublime partage,

    plein de gros bisous tendresse.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :